La Table de Mary
Restaurant

La Table de Mary

Rue du Gymnase 2
1400 Cheseaux-Noréaz
Maryline Nozahic
Jour(s) de fermeturelundi, mardi
Prix: M 30.–/60.–D 79.–/99.–
ServicesTerrasse/Jardin, Parking, Accessible aux fauteuils roulants
Téléphone+41 24 436 31 10

Maryline et Loïc Nozahic fêtent leurs 10 ans de succès à Cheseaux-Noréaz. Alors que la situation de leur restaurant panoramique mais intégré à un complexe administratif et scolaire leur avait valu quelques commentaires peu amènes, leur sens du travail bien fait et de l’accueil a eu raison des mauvaises langues. A midi, on se presse ici pour les menus du jour équilibrés, gourmands et abordables. Le soir, la carte et les menus donnent envie de tout prendre!

On remarquera d’emblée la déclinaison des accompagnements inspirés et délicats et la variété des ingrédients associés avec talent. Celui de Maryline, qui œuvre quasiment seule en cuisine mais dont l’organisation millimétrée assure des assiettes aussi belles que leur contenu se révèle savoureux. Sur la jolie terrasse ou dans la vaste salle qui regarde le lac de Neuchâtel, c’est Monsieur qui veille au service, secondé par un jeune serveur d’une parfaite prévenance.

Par une soirée enneigée, l’amuse-bouche associe une jolie mousse de courge avec des tronçons de truite cuite à basse température que de jolies gouttes d’huile vert intense viennent agrémenter. Les Saint-Jacques en émulsion sublime de citronnelle arrivent en compagnie de chou pak-choï: un modèle d’équilibre friand. Tout aussi équilibré mais plus contrasté, le parmentier fumé et ses ravioles de moules à la pâte ultrafine sont accompagnées fort à propos de papaye verte. Puis la canette à l’orange et au gingembre joue dans un registre rustique idéalisé avec des légumes-racines et du blé dur. On aime tout autant le merlu sur ces feuilles de chou farcies aux pommes de terre. Le tout rehaussé de poivre et de coriandre. Joli jeu doux-acide, ensuite, pour les crêpes aux pommes de la région. Rafraîchissante, la déclinaison d’agrumes et sa mousse citron au caramel s’accompagnent de voluptueux cannelés bordelais.

S’il faut chercher un défaut à tout cela, on en trouvera deux petits. La flûte de Pan qui susurre ses notes soufflées pendant tout le repas peut lasser. Et le peu de crus au verre surprend légèrement. Mais le choix des vins en bouteille, proposés à des prix très raisonnables, compense.

Continuer la lecture?

Inscrivez-vous maintenant et recevez un accès gratuit à nos 800 tests de restaurants.

Etes-vous déjà enregistré(e) ?