Passion. À bientôt 34 ans, Kamran s’est donné un défi de taille: remettre en goût du jour l’hydromel. Cet alumni de EHL (renommée début 2022 comme EHLHospitality Business School) a longuement travaillé dans l'hôtellerie. C’est lors d’un stage en Inde, à l’occasion de l’organisation d’un mariage, qu’il découvre l’hydromel:«Je me suis pris de passion pour cette boisson délicieuse qui valorise à merveille le terroir, la nature et le travail des abeilles. Je suis fasciné, cela ne s’explique pas…», raconte Kamran. C’est aux U.S.A, qui référence déjà plus de 300 marques d’hydromel qu’il s’envole pour se former en Californie. Il passe deux ans dans une hydromellerie à San Diego. Et en 2021, de retour à Genève, il met à profit le temps du Covid pour développer et ajuster ses recettes en fonction des variables hydro climatiques locales.

GAULTMILLAU-CHANNEL-GENEVE-BEEoMETRY

L’hydromel, tout comme la bière, se brasse et est obtenue grâce à la fermentation du miel, de l’eau et de la levure.

GAULTMILLAU-CHANNEL-GENEVE-BEEoMETRY

L’hydromel de base, dite «de soif», est vendue en pack de six chez BEEoMETRY.

GAULTMILLAU-CHANNEL-GENEVE-BEEoMETRY

Cette boisson alcoolisée (8 degrés) aux touches florales est une belle alternative à la traditionnelle bière.

L’alcool des dieux. L’hydromel, aussi appelé «la boisson des dieux», serait consommée depuis plus de 10’000 ans et reste connue comme la boisson alcoolisée la plus vieille au monde -bien avant le vin-, sans pour autant qu’on en connaisse l’origine géographique. Sa découverte fut le plus souvent accidentelle. Sa fabrication associe trois éléments clefs: le miel, l’eau et la levure.  Un vaste monde de nuances est alors à découvrir, en grande partie grâce à la complexité gustative du miel et des fleurs qui en sont à l’origine.

 

Ambition hyper locale & crowdfunding. «Aujourd’hui, je produis de l’hydromel pétillante, légère et florale, mais avec du miel acheté. Or, mon objectif est de faire mon propre miel pour arriver à une production en circuit court et de pouvoir proposer une plus grande gamme avec de l’hydromel millésimé pourquoi pas…». Kamran a déjà reçu ses premières abeilles, en témoigne ses mains gonflées de piqûres, «il faudrait que je m’équipe mieux…», ironise-t-il. Et, c’est grâce à un crowdfunding que Kamran espère augmenter son nombre de ruches et de cuves. Avec la production de son miel, il ambitionne de brasser prochainement de l’hydromel GRTA (Genève Région Terre d’Avenir). En contrepartie, pour les participations pécuniaires du crowdfunding, Kamran promet aussi des événements sympas: des ateliers de brassage ou encore des dégustations d’hydromel du monde entier. Enfin, outre la boisson, le projet de ce rêveur passionné est de créer une librairie «physique» du miel Suisse. Affaire à suivre…

 

_

Site internet

Lien crowdfunding