Photos: Blaise Kormann

Votre recette pour séduire?

Je commencerais par imaginer le dessert! Je suis très bec à sucre, alors quelque chose de très gourmand. Peut-être une forêt noire revisitée au chocolat, avec des fraises et des framboises. Pour le reste, l’inspiration du moment. Mais j’aime la cuisine de contraste avec des couleurs vives. Un foie gras poêlé et sa tatin de pommes, un saumon cuit au sel, un filet mignon de veau. C’est pour séduire, alors on peut se lâcher!

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’être cuisinière?

Oh je ne sais pas, j’ai toujours voulu faire cette profession, depuis mes 4 ou 5 ans. Dans la famille pourtant, personne ne travaille dans ce domaine. Moi, j’ai toujours voulu faire à manger à mes proches! C’est aussi pour cela que j’ai très vite pris un établissement, voilà huit ans. Cette année, pour mes trente ans, ma mère m’a ressorti une photo avec un dessert créé à onze ans: une mousse à la framboise, avec un glaçage complètement raté! Je ne sais pas ce que j’aurais fait d’autre si je n’avais pas fait de cuisine. Avocate, peut-être!

05_Marie Robert_ok

Marie Robert, jeune chef qui croque la vie à pleines dents!

Pourquoi la cuisine et pas la pâtisserie, alors?

J’aime beaucoup le sucré, c’est vrai, mais la cuisine apporte un plus: on acquiert d’autres techniques. Je cuisine souvent du sucré avec les plats, des abricots avec un filet mignon, par exemple. Et puis j’ai beau aimer le chocolat à la folie, je mange de tout. Il n’y a qu’avec les abats que j’ai plus de peine. En fait, je cuisine ce que moi, j’aurai envie de manger, et je m’éclate à créer des desserts. Le dernier en date? Un bonzaï en sucre!

 

Quel est le client qui vous a le plus touché?

Quand je fais le tour des tables, je suis frappée par ceux qui s’émeuvent de ce que représente une sortie ici, au restaurant. J’ai même eu une cliente qui a versé une larme durant le repas. Cela me touche. J’ai aussi eu la visite du fils de mon maître d’apprentissage. J’ai découvert qu’on avait un ami en commun, ce que j’ignorais. J’étais très émue de le voir chez moi, car son père est vraiment quelqu’un qui m’a en quelque sorte sauvée. Sans lui, je serais sûrement devenue une racaille!

 

>> La recette du tout premier dessert de Marie Robert, une génoise à la framboise: