Photos: Agi Simoes, Sedrik Nemeth, Anna Pizzolante, HO

Aux portes du Salon de l’Auto. Tout près des halles de Palexpo, au Loti, dans le cadre magnifique raffiné et champêtre de «La Réserve», Virgine Basselot (en photo), la «Cuisinière de l’année» du GaultMillau 2018, fait des miracles. Dans la même maison, Frank Xu propose une gastronomie chinoise de tout premier ordre au Tsé Fung. Accessible à pied depuis le Salon, L’Olivo de l’hôtel Starling propose une jolie cuisine italienne. Et, à l’aéroport, avec vue sur les avions, The Chef est une table amusante et créative griffée Benjamin Luzuy.

 

Bistros bobos. Côté brasseries et tables branchouille qui drainent un public jeune et urbain, on s’attable volontiers chez Arsène sous une tête d’autruche empaillée. A L’Epicentre aussi, ou alors, pour un cocktail ou un plat designé, au Bottle Brothers. A Carouge, le Dix Vins reste une valeur sûre où René Fracheboug sert des viandes braisées, des os à moelle et de généreux millefeuilles, le tout accompagné d’une carte de vins superbe. Réservation indispensable!

Grand Bottle Genf

Les bobos genevois se retrouvent pour un drink au Grand Bottle.

Délices méditerranéens. Dernière née des tables transalpines, La Marjolaine est une table de la planète Chevrier (le chef du Domaine de Châteauvieux, 19/20) et c’est une découverte. Puis, il y a l’incontournable Chez Roberto: la troisième génération est aux fourneaux et perpétue une tradition immuable, chic, gourmande et sévèrement tarifée. Ce n’est pas une raison pour oublier la poétique et délicieuse Tosca de Saverio Sbaragli, l’ex-chef au Four Seasons Les Bergues, ni la Bottega, voisine du Grand Théâtre où Francesco Sbarro révèle son talent grâce à une courte carte raffinée.

 

Rooftop & N’vY. Au dessus des toits de l’élégante rue du Rhône, le Rooftop 42 attire un public jeune et aisé. Les Millenials se retrouvent aussi au bar à cocktails de l’hôtel N’vY où le personnel est vêtu tout en Diesel et sert les mixtures les plus originales de la ville. Plus classique, mais voluptueux, le bar du Beau-Rivage: là, on se laisse bercer par les notes du pianiste, confortablement installé sur des fauteuils Louis XVI sous les moulures et les ors qui ont vu passer (et aussi mourir) l’Impératrice Sissi.

Chat Botté Beau Rivage Dominique Gauthier

Dominique Gauthier, l'un des meilleurs chefs d'hôtel de Suisse au Beau-Rivage.

Grands cuisiniers et grands hôtels. Les palaces genevois ont presque tous leur grand talent en cuisine: Dominique Gauthier (Beau-Rivage), Michel Roth (Président Wilson), Armel Bedouet (Royal Manotel). Au Richemont, en plus de la cuisine, la pâtisserie est d’exception. Et il ne faut pas manquer le Fiskebar du nouveau Ritz-Carlton avec vue sur la rade: deux chef italiens y proposent une gastronomie scandinave épatante. Et pour les amateurs de steakhouse new-yorkais, Philippe Chevrier a ouvert Chez Philippe: on y mange les meilleures viandes rassises en plein centre de la ville.

 

Côté culture. Le musée Patek Philippe vaut la visite. Le Musée de la Croix-Rouge présente une exposition temporaire de 300 photos sur le thème de l’exil signées Magnum.

 

 

Fondue et baignade. Il faut une certaine dose de témérité pour plonger dans le Léman, au milieu de la Rade, en sortant du sauna du Bain des Pâquis. On peut donc aussi passer directement à la Buvette attenante pour se régaler d’une fondue. Côté Cologny - côté chic, donc - au Bain Bleu, sauna, hammam et piscine sur le toit méritent aussi le détour, le soir en particulier.

 

BMW pour le chef. En première mondiale le Salon de l’Auto permet de découvrir la nouvelle NMW X4. Un succès en devenir? La première génération de ces «Sport Activity Coupés» s’est vendue à plu de 200000 exemplaires.