Traduction: Knut Schwander

Le succès selon Martha. Le voyage sur l’île de Phu Quoc au large du Vietnam valait la peine d’être entrepris, puisqu’un jury international y décernait le « World Spa Awards » :  Bardutt’s Palace de St-Moritz y remportait le premier prix Suisse. Pourtant, les concurrents étaient de taille: Beau-Rivage à Lausanne, Chedi Andermatt, Dolder à Zurich, Eden Roc et Giardino à Ascona, de même que deux autres palaces de StMoritz, le Kulm et le Kempinski étaient en lice. De quoi remplir de fierté Richard Leuenberger, le nouveau directeur de ce Swiss Deluxe Hotel : « C’est à Martha Weidemann que nous devons ce succès. Le cerveau de notre projet de spa, c’est elle ». Reconfiguré pour 21 millions de francs (!), le « Palace Wellness » est une réussite. Sa piscine ovale offrant le vue sur les Alpes de l’Engadine est d’ores et déjà un lieu culte. Les traitements y sont de tout premier ordre. Et les lunchs aériens à déguster avec vue sur la piscine comprennent les créations du sushi master Joe.

gm badrutt spa1

Wellness avec vue sur les montagnes engadinoises: le spa du Badrutt’s Palace de St.Moritz vient d’être consacré «meilleur spa d’hôtel de Suisse».

gm badrutt spa 2 martha wiedemann

Cette reconnaissance, le prestigieux Swiss Deluxe Hotel alpin le doit à Martha Weidemann.

Spa pour hommes. Au spa, l’accent est mis sur l’offre destinée au public masculin: traitements de la peau, pédicure, barber shop... «C’est dans l’air du temps» se réjouit Richard Leuneberger qui n’a pas hésité à consentir des investissements lourds côté fitness: «Le propriétaire de Technogym possède une résidence secondaire à St-Moritz. Il nous tient d’autant plus à coeur de proposer à nos hôtes le dernier cri en matière de machines». Même le nouveau (et épuisant) Skillmill vient d’y être installé!

Nobu, Caminada, Krug. Le Badrutt’s Palace, c’est aussi le rendez-vous des plus grands chefs. Andreas Caminada y a installé sa filiale, l’Igniv, où Marcel Skibba est aux fourneaux. Son concept: des plats de tout premier ordre, en version «à partager». Puis le ravissant Matsuhisa est une ambassade de Monsieur Nobu qui y a délégué son chef, Nikos Shamnakis. Au Restaurant, c’est Valmiro Pasini qui cuisine. Et pour chapeauter le tout, un nouveau chef exécutif: Dirk Haltenhof venu de Forêt Noire. Pour les initiés, on mentionnera encore le «Krug Stübli» installé dans la cave à vin de l’hôtel. Et dans l’ancien pavillon de jardin de Hans Badrutt, les meilleures cuvées sont débouchées pour accompagner la fondue à la truffe blanche.

Cricket in the mountains. Prochain rendez-vous à ne pas manquer, le «Cricket in the Swiss Mountains», les 8 et 9 février prochains, est un projet de longue haleine initié par le propriétaire du Palace, Hans Wiedemann. Les plus grands champions de cette discipline, Virender Sehwag (Inde) et Lasith Malinga (Pakistan) s’affronteront sur la glace pour un duel retransmis à l’attention d’un public de quelques... 30 millions de téléspectateurs. Voilà qui est bon pour la station et bon pour le Palace!