Marquis et marquise. La jolie cité de Romont n’est pas prioritairement réputée comme un pôle sur la carte de la grande gastronomie romande. Et pourtant, depuis peu, une belle maison d’autrefois est renée à l’orée de la ville, et elle abrite un hôtel-restaurant aussi charmant que gourmand: La Belle Croix. De 1826, date de sa construction par le marquis et la marquise François-Xavier et Marie-Françoise de Champagne – s’il vous plaît! –, la demeure a gardé sa belle façade. Mais de maison d’habitation, elle a passé en mode auberge en 1861. Une auberge qui vient d’être complètement rénovée, à la bonne heure!

Brasserie et restaurant. Il faut l’admettre, cette rénovation est une réussite: simples mais vraiment stylées, les salles bénéficient de la touche de raffinement urbain qui fait la différence. Mais La Belle Croix n’est pas un boudoir pour marquis et marquises pour autant. Après la terrasse à l’ombre de platanes (bon, ça, c’est plutôt en été!), un bar et une équipe de service accueillants mettent tout le monde à l’aise. Puis on poursuit direction restaurant: c’est élégant, théâtral juste ce qu’il faut, mais pas guindé pour un sou. Bref. On ne peut qu’adorer.

La Belle-Croix Romont

De gauche à droite, Rémi, Rachel, le chef Manuel Fernandes et Marie Rebecca

Au rythme de la cuisine. Contiguë à la salle, la cuisine vit sous les ordres de Manuel Fernandes. Ce jeune chef venu de Gland est fils de restaurateur et se prévaut d’un parcours jalonné d’étoiles. Il a fait son apprentissage chez Stéphane Décotterd à Brent (18/20). Et il a passé une année en cuisine à l’Hôtel de Ville de Crissier, chez Franck Giovannini (19/20). Ici, il propose une cuisine de plaisir aux dressages soignés et au rapport qualité-prix hyper-convaincant (plats du jour réputés à 16 fr. 90 à la brasserie; menu dégustation 66 fr. au restaurant!).

Filet d'agneau à la Belle-Croix Romont

Filet d'agneau, croûte à la moutarde de bénichon

Foie gras et cuchaule Belle-Croix Romont

Trio de foie gras et cuchaule traditionnelle, aussi beau qu'un dessert

La belle… assiette. Les plats se succèdent avec délicatesse. Ainsi ce foie gras poêlé parfait entouré de fondantes pommes caramélisées. Ou cet élégant feuilleté de champignons en sauce voluptueuse. Alors on poursuit avec le suprême de poulet pattes noires de la Gruyère (La Belle Luce) certifié terroir Fribourg, cuit à basse température aux oignons confits. Il n’y a que la sauce au vin rouge, vraiment onctueuse et équilibrée, qui interroge puisque c’est la même que celle de la noisette de chevreuil, irréprochable, annoncée avec «sa sauce». Mais du moment qu’elle est gourmande, ce n’est qu’un détail. Bref, bravo aux promoteurs – Bernard Charrière, Guy Fracheboud et Frédéric Waeber – qui ont choisi de miser sur La Belle Croix, car s’y attabler n’a rien d’un chemin… de croix!

_

 

 

La Belle Croix

Route d’Arruffens 2

1680 Romont

026 565 29 79

www.hotel-labellecroix.ch

Sur Google Map