Photos: Hanna Büker

Premier service. C’était un soir d’essai, il y a quelques jours à peine. Dans la magie pittoresque du village de Rougemont enneigé, il y avait de nouveau de la lumière derrière les petits carreaux, sous la légendaire enseigne du Cerf. Joyeux, curieux et fiers, les quatre propriétaires entourés de leurs brigades et d’amis (dont le couple Hählen-Bach, les anciens propriétaires) ont vu fonctionner leur maison rénovée pour la première fois. Le GaultMillau y était, parmi une trentaine de convives enthousiastes.

Le cerf

A l'enseigne du Cerf...

Le cerf

... le charme de l'ancien.

Renaissance. Oui, cet authentique chalet qui abrite un café depuis plus de cent ans rouvre le samedi 2 février. Mais un retour sur son histoire s’impose. Au fil des ans, le café était devenu pinte, puis restaurant, sans jamais perdre son charme unique et convivial. Entre autres célébrités, Lady Di, Hussein de Jordanie, Johnny Hallyday, Liz Taylor et Pablo Neruda se sont attablés ici! Mais en 2018, la dynamique Jacqueline Hählen-Bach a pris sa retraite et le Cerf a fermé. Quatre investisseurs amoureux de l’enseigne l’ont rachetée, entièrement vidée (les voisins ont eu peur!), puis reconstruite à l’identique. Sous la supervision de la jeune et espiègle Laura Grohe, architecte d’intérieur aux doigts de fée,  animaux empaillés, encolures à grelots, buffets sculptés et poutres gravées ont retrouvé leur place. Au premier étage, sous le toit, elle a créé un espace superbe, généreux et chaleureux. « Nous avons tenu à sauver ce lieu unique» explique John Grohe, son père, l’un des propriétaires, face à la terrasse avec vue sur la Videmanette.

 

Laura Grohe

Laura Grohe, la jeune et talentueuse architecte d'intérieur qui a su redonner son âme à la maison.

Signé Bovier. Pour que le projet tienne la route, il fallait aussi assurer la qualité en cuisine. Quelle chance! Parmi les habitants de Rougemont il y a un grand chef: Edgard Bovier (18/20 au Lausanne Palace & Spa). C’est lui qui a créé la carte du nouveau Cerf: «Une cuisine authentique qui retourne aux sources des traditions du Pays-d’Enhaut et de ses produits locaux.» Une cuisine abordable, assortie de crus vaudois, qui plaise aussi bien aux habitants de Rougemont qu’aux étrangers, qu’ils soient célèbres ou pas.

Le cerf

L'élégance de la tradition à table.

Mission accomplie. Edgard a donc engagé Michaël Burri, un jeune cuisinier vaudois, formé chez Jacky Vuillet (La Conversion) avant de devenir chef aux Chevreuils, à Vers-chez-les-Blancs, puis de partir à Montréal, à l’Auberge Saint-Gabriel (dont l’un des propriétaires est l’artiste Garou). C’est lui qui réalise ici les plats tirés du livre L’Etivaz d’Edgard Bovier: malakoffs, tarte aux blettes, pot-au-feu, émincé à la crème, pour la tradition, fondues (une fondue «Edgard» – un mélange secret! – et une fondue «du Cerf») et raclette pour perpétuer les incontournables. Mais aussi plats véganes et poissons en papillote pour la touche de modernité. Top!

Le cerf

Même les photos d'époque, ont retrouvé leur place.

Le cerf

Michaël Bürri le jeune chef vaudois revenu de Montréal.

_

 

Le Cerf

Rue des Allamans 8

1659 Rougemont

026 925 81 23

www.lecerfrougemont.ch