Un trio, c’est désormais comme ça que la troupe d’Arakel se définit. On y retrouve Arakel tout d’abord, le propriétaire et instigateur du projet. Celui-ci a été rejoint par Julien Samson, nouveau directeur du bar-restaurant. Il vient du Métropole Monte-Carlo, où il a travaillé comme sommelier pour Joël Robuchon, tout comme Arakel le fut un temps. Arrivé en terres genevoises pour l’ouverture du nouvel hôtel de la Rade, le Woodward, ses plans ont été contrariés par le covid. Et ce qui avait commencé comme une simple visite de courtoisie à son ancien collègue s’est finalement transformé en collaboration professionnelle et amicale. Quant au nouveau chef, il s’agit du créatif Armando Falco, ancien second de Massimilano Sena d’Il Lago (Four Seasons Geneva, 15/20) qui vole désormais de ses propres ailes.

ARAKEL-GENEVE-GAULTMILLAU-CHANNEL

Le Tuna tacos, un tartare de thon rouge aux épices douces et confiture signature piment-vanille.

 

ARAKEL-GENEVE-GAULTMILLAU-CHANNEL

Le «lobster roll» et les Arakel sphères du menu apéritif, servis par deux.

Tapas couture. «Allez-y avec les doigts, c’est du finger food», précise Arakel en apportant les nouveaux tapas signatures du chef. On hésite même à les manger tant le résultat est élégant. Le voyage débute avec une coupe, un champagne dont la robe dorée accompagnera fort bien une ribambelle de bouchées apéritives particulièrement réussies. La première, végétarienne, est un duo de chips de céleri-pomme moulées tels de petits tacos, garnies d’un rafraîchi de citron vert, d’une crème de céleri et de noisettes torréfiées. Le Tuna tacos, lui, se présente sous la forme d’un millefeuille, avec un tartare de thon rouge relevé d’une sauce maison piment-vanille étonnante. Vient ensuite lelobster roll, emblème incontournable de la street food, sur une fine brioche, saupoudré de zestes de citron et d’orange. Arrive alors le clou du spectacle, «qui fait aussi office de mise en bouche pour les plats», indique Julien en souriant; une mini-tomate en trompe-l’œil, un tartare de carabineros (crevettes rouges d’Espagne), citron, basilic, caché dans une sphère de curry rouge, renversant!

Côté restaurant. «Nous voulons sortir du cadre un peu formel du dîner avec menu entrée-plat-dessert. Nous sommes un lieu hybride. Nous voulons que les gens profitent et se sentent bien: une bonne gastronomie et du bon vin, cela devrait aider!» Après la partie apéritive viennent les plats (19 et 32 francs). On se laisse tenter par le très joli cabillaud, sa variation de petits pois à la menthe et sa délicatesse de pommes de terre, puis par les artichauts violets rôtis, à l’ail noir, et son nuage de curry jaune adoucis au lait d’amande, et enfin le filet de bœuf en tataki, marinade aux herbes, crème parmesan et fraîche saladine de fenouil à l’orange pour balancer le tout. Pour conclure en beauté, un élégant nuage sucré: une neige et un crémeux de mascarpone, biscuit imbibé de fruits rouges.

_

Arakel

Rue Henri-Blanvalet 17

1207 Genève

022 300 00 59

Site internet

Sur Google Maps

 

Horaires:

Mardi à samedi: 17h45 - 00h