Terrasse vom Restaurant L'Epicentre in Genf - GaultMillau
Restaurant

L'Épicentre

La table des épices,
Rue Prévost-Martin 25
1205 Genève
Pierre Secretan, Alexandre Stocker
Jour(s) de fermeturesamedi, dimanche
Prix: M 37.–D 104.–/127.–
ServicesTerrasse/Jardin, Accessible aux fauteuils roulants
Téléphone+41 22 328 14 70

C’est une adresse à part, au concept audacieux, qu’on a immédiatement eu envie d’aimer. Dans son bistrot du quartier de Plainpalais, le jeune Pierre Secretan fait swinguer les papilles dans un tourbillon d’épices rares, et ce depuis plusieurs années. A midi, les menus à prix doux déclinent une épice en trois plats. Le soir, au calme parmi un joyeux bric-à-brac de meubles chinés, le gourmand est déjà un peu ailleurs. Attentionné comme tout, un service féminin l’invite à goûter le vin suggéré en apéritif avant de remplir les verres. Il en sera de même avec chaque cru conseillé pour accompagner le menu surprise. Car ici la carte propose plusieurs formules «à l’aveugle», dont une végétarienne et une autre végane, à réserver à l’avance.

Pour commencer, cet épais bricelet de sarrasin toasté à la cardamome, planté dans un décor de mousse sèche et de feuilles roussies: une incroyable délicatesse. La trilogie qui suit est tout aussi éblouissante. Trois bols pour un trio de currys. Primo, un œuf dur de caille, pané au kale. Il nage dans un bouillon de volaille korma. Secondo, un minuscule bavarois de poireau sous un fétu de julienne du même légume: une morce ton sur ton sur note de Cape Malay. Et pour conclure, une Saint-Jacques de plongée en brunoise, mariée à du céleri-branche, de la coriandre et du lait de coco. Fraîcheur et parfums assurés. C’est divin.

Alors quand arrive le ceviche d’endive, on s’étonne de découvrir une chiffonnade de chicon citronnée, à laquelle la purée de patates douces et la touche de piment jaune du Pérou, presque indicibles, n’apportent rien. Le domino de tartare de thon rouge déroute aussi. La chair du poisson est mariée à des pistaches et à une julienne de papaye verte, soulignée de poivre aux notes résineuses et fruitées. L’idée séduit, mais on peine à distinguer la mâche du poisson autant que sa saveur. On retrouve le plaisir avec le bœuf angus tout juste souligné de piment niora.

Il faut saluer des produits impeccables, pain et fromages compris, choisis chez des producteurs locaux dévoilés en fin de repas lorsque le menu nous sera remis. On passe sur un dessert sans réel relief pour découvrir des mignardises bichonnées. Meringue au poivre, chocolat au sel fumé de Sicile, tartelette dulce à la cannelle. Autant d’occasions de poursuivre le voyage…

Continuer la lecture?

Inscrivez-vous maintenant et recevez un accès gratuit à nos 800 tests de restaurants.

Etes-vous déjà enregistré(e) ?