Photo: Denis Butenko

Rue des Etuves. L’adresse rappelle le titre d’un film noir. A vingt secondes du Rhône et à quatre minutes de la gare, c’est pourtant avec la clarté de joyeuses lanternes que le tout nouveau Nice Tapas Bar séduit les passants. La preuve, hier, jour de l’ouverture officielle, la salle s’est remplie de clients danois et anglo-saxons, épicuriens et élégants.

 

Nice Tapas Bar? C’est le concept lancé en primeur par Anatoly et Nicole Komm. Le chef est l’un des premiers à avoir obtenu une étoile Michelin à Moscou. Mais comme le couple habite à Genève, c’est là qu’ils ont ouvert le premier d’une série de bars à tapas visant un public moderne et gourmand, qui veut manger vite, pas cher, mais aussi joli et savoureux. Les prix sont étonnants: 19 francs le menu de midi, puis une carte de petits plats facturés de 7 à 28 francs. Et un menu à 49 francs… pour huit plats.

 

Nice Tapas Bar
Décor boisé et bouteilles de vins. Un cru vous plait? Servez-vous, le prix est marqué sur la bouteille.
Nice Tapas Bar
Dans les assiettes, des mises en scène étudiées et des saveurs étonnantes. 

Dans l’assiette, cela donne des mises en scène étudiées sur de belles assiettes aux reflets mordorés, des dressages évocateurs de tables prestigieuses et de plats signature. D’ailleurs, des plats signatures, il y en a! Des crevettes cuites à basse température, magnifiques. Des viandes fondantes aux saveurs concentrées (comme ce «pot-au-feu» aux effluves aromatiques et aux légumes d’hiver). Des tapas espiègles, comme ces cubes de pain d’épice pas sucré – bien vu! – farcis de foie gras (plus foie que foie gras, au goût). Ou cette crème brûlée à la muscade: une excellente surprise.

 

La différence. Puis il y a ces carpaccios et ces bouchées, plus «normaux». L’originalité du concept? La cuisine est délocalisée! Sur place, il y a juste un rectangle de 8 mètres carrés où ils sont deux à chauffer, assembler, dresser des composants sortis de petits sachets. C’est le fast-food version inspirée. Car il y a des perles, comme cette tapa à la russe, où Saint-Jacques, anguille et caviar se fondent en un joli tableau contrasté. Moins réussie, la raclette revisitée avec du chou-fleur croquant souffre un peu du froid. Et le ris de veau déconcerte un peu: tendre, il n’est pas saisi du tout – un choix, sans doute, mais aussi la limite d’un restaurant sans cuisine.

 

La clé du succès. C’est un choix de vins, bourguignons surtout, qu’un jeune sommelier sicilien et disert, venu de chez Damien Germanier (17/20) et de La Réserve, présente avec prévenance. Alors, chaque plat invite à goûter un vin, puis un autre, d’autant plus qu’il y en a d’excellents qui tapissent tous les murs du restaurant. La bouteille vous inspire? C’est pratique, le prix est indiqué dessus. Un concept insolite et prometteur!

 

_

 

Nice Tapas Bar

Rue des Etuves 1

1201 Genève

022 900 12 79

www.nicetapasbar.com