Texte: Knut Schwander Photos: Blaise Kormann et Lena Ka

C’est parti! Dès le 31 mai, on pourra découvrir des plats signés Marie Robert sur les bateaux Belle Epoque de la CGN. Serez-vous à bord?

Oui, le 31 au matin, j’y serai! Pour mettre en place le concept. Mais après, je veux être aux fourneaux dans mon restaurant, à Bex, midi et soir. Je me rendrai sur les bateaux pour vérifier la qualité de mes plats signatures et pour des événements spéciaux ou privés. Mais le reste du temps, je ferai confiance aux équipes à bord.

Café Léman

 

Signé Marie Robert: cromesquis de féra façon fish&chips

Café Léman

Graphique et ludique: depuis les entrées jusqu'aux desserts, des produits de saison et de proximité dressés avec art.

A Bex, votre cuisine est hyper-sophistiquée. Comment pensez-vous appliquer ces recettes dans les minuscules cuisines des bateaux?

Oh, ma cuisine à Bex est plus petite que celle de bien des bateaux! En plus, il n’est pas question de servir à bord des menus gastronomiques comme au restaurant. Sur les bateaux, il y a des contraintes de prix et de temps. J’ai donc élaboré 14 recettes signatures, des plats à la fois originaux et simples, à base de produits locaux et frais, qui revisitent les grands classiques avec une touche de folie qui me ressemble.

 

Faites-nous envie: quels sont ces plats?

Il y a les filets de perche du lac, bien sûr – mais nous n’en serviront que s’ils proviennent du Léman: j’ai choisi de les présenter dans une bouteille de chasselas coupée en deux. Avec Lavaux en arrière-plan, ce sera bon et «instagrammable». Puis il y des cromesquis de féra façon fish & chips, des ravioles de poisson du lac en bisque d’écrevisses du Léman, un ragoût de bœuf réinventé qui me réjouit tout particulièrement… J’ai cherché à proposer des produits et des saveurs connus, mais dressés comme on ne les avait jamais vus.

Café Léman

Best-seller annoncé: les incontournable filets de perche du Léman servis dans une bouteille découpée en deux.

Qu’est-ce qui vous a donné l’idée d’embarquer sur ces croisières? N’est-ce pas risqué sachant que la gastronomie à bord n’a pas toujours fait que des heureux?

C’est Peter Rebeiz, le patron de Caviar House & Prunier, qui a lancé le concept de Café Léman, la nouvelle société spécialement créée pour gérer les restaurants de tous les bateaux du lac. Il est très attaché à la qualité. Alors quand il m’a parlé de son projet qui peut paraître un peu fou, on s’est tout de suite très bien entendus. Comme lui, j’ai trouvé cette aventure géniale! En plus, cela me permet de découvrir la restauration à une autre échelle que les 35 couverts du Café Suisse à Bex.

 

Mais vous n’êtes pas responsable de l’ensemble de l’offre de Café Léman?

Non, je me limite aux plats proposés dans les salons des navires historiques. Sur chaque bateau, il y aura aussi d’autres offres gastronomiques: un sea-food bar en première, mais aussi de la petite restauration et des viennoiseries, selon les heures, en deuxième classe. Ce qui me plaît, c’est que tout sera frais et de proximité. Et le slogan du projet m’a aussi bien fait rire: «Le Léman a retrouvé sa sirène».

 

>> www.cafeleman.ch